La présidente de la DS de Matam accusée de vente d’une partie du siège de la Mairie

Actualite

Date de Publication: 03/01/2017

La présidente de la Délégation Spéciale (DS) de la commune de Matam, Hadja Nènè N'Koya Touré a été accusée, lundi, 02 janvier 2017, par ses conseillers communaux, d’avoir vendu une partie de la cour de la Mairie, à Conakry, rapporte l’AGP.

Selon le conseiller communal, Soria Bangoura, «après un constat de l’ensemble des conseillers communaux, il s’est avéré qu’un nouveau bâtiment est en train d’être édifié dans l’enceinte de Mairie. Alors que par rapport à notre feuille de route, nous sommes une DS durant les six mois, et aujourd’hui nous sommes une délégation exceptionnelle. Parce que, le législateur n’avait pas pensé que toutes ses entités politiques de la Guinée (UFDG, RPG, UFR, PEDN) allaient se retrouver dans un conseil. Ce qui est d’ailleurs une chance pour la Guinée et aussi pour une commune.

Donc, quand on a vu les murs s’élever, on s’est posé la question, puisque depuis un an, nous n’avons pas eu l’occasion de tenir un seul conseil. Parce que tout est au gré de madame la présidente de la DS, Hadja Nènè N'Koya Touré qui pense que nous sommes conseillers d’un parti politique».

Le conseiller Soria Bangoura a déploré : «Depuis un an et malgré plusieurs rencontres et demandes d’audience, elle n’a jamais accepté de nous rencontrer. Donc, il y a moins d’une semaine, nous les conseillers, avons demandé une rencontre d’urgence. La lettre a été déposée, mais la présidente de la DS n’a pas réagi par rapport à notre requête qui concernait le nouveau bâtiment en construction dans la cour de la Mairie».

M. Bangoura a ajouté : «Je me suis déplacé personnellement pour chercher des informations auprès de Hadja Nènè N'Koya Touré à propos de ce nouveau bâtiment, mais en vain. Nous sommes tous comptables de tout acte qu'elle posera seule. Alors, je lui ai demandé s’il y a un plan, elle me dit non. Mais qu’il s’agit d’une cantine. On ne peut pas édifier une cantine avec de gros ouvrages, quand on sait que tous les fonctionnaires de la commune de Matam, très mal payés d’ailleurs, déjeunent avec des tranches d’igname et des cacahouètes. Donc ça m’étonnerait. Il y a un espace dans la cour qui abrite plus de 150 personnes, je pense que cet endroit est mieux placé.

C’est ainsi qu’on n’a compris que cet espace est vendu. Parce qu’il n’y a ni plan, ni permis de construire encore moins une autorisation. Nous avons rencontré le directeur de l’Habitat autour de la construction de ce bâtiment. Il nous a répondu, avoir aussi les mêmes inquiétudes».

Pour Soria Bangoura, comme il n’y a pas eu de réponse de la part de la présidente de la Délégation Spéciale (DS), Hadja Nènè N'Koya Touré, les conseillers ont préféré aussi mettre des affiches de l’autre côté indiquant qu’il est à vendre.

«Nous les conseillers, considérons que la partie est vendue. C’est le Conseil qui a décidé comme ça. Donc, nous demandons d’arrêter ces travaux et de poser des vraies questions», a conclu Soria Bangoura.